Transplantation du rein chez les patients atteints de sclérodermie systémique: une étude nationale multicentrique

Titre article original : Kidney transplantation in patients with systemic sclerosis: a nationwide multicenter study

Nom auteurs : Dominique Bertrand, Julien Dehay, Julien Ott, Rebecca Sberro, Charlotte Brunelle, Nassim Kamar, Charlotte Colosio, Valérie Chatelet, Laetitia Albano, Sophie Girerd, Vincent Audard, Christelle Barbet, Jacques Dantal, Didier Ducloux, Antoine Durrbach, Valérie Garrigue, Marc Hazzan, Anne-Elisabeth Heng, Christophe Mariat, Pierre Merville, Jean-Philippe Rerolle, Bruno Moulin, Dominique Guerrot

  • rédacteur de la veille bibliographique: Dr Alice BEREZNE
  • Lien associé pubmed
  • Références :Transplant International. 2017 Mar;30(3):256-265

 

Résumé : L’atteinte rénale au cours de la sclérodermie systémique (ScS) est dominée par la crise rénale sclérodermique (CRS). Le pronostic vital a été transformé par les inhibiteurs de l’enzyme de conversion mais le pronostic rénal reste sombre avec plus de 50% des patients dialysés au décours. Cet article est une étude observationnelle rétrospective française, multicentrique, des patients sclérodermiques transplantés rénaux entre 1987 et 2013

Patients : Les patients ont été recrutés dans les 20 centres français de transplantation rénale. Les données recueillies ont été les causes d’insuffisance rénale initiale, les données concernant la greffe et son évolution, le traitement immunosuppresseur, et l’évolution de la ScS après greffe.
Résultats : 34 patients ont été inclus soit 36 transplantations. 2 étaient des transplantations donneurs vivants. 26/34 (76,4%) des atteintes rénales étaient liées à une CRS, 3/34 (8,8%) à une vascularite à pANCA et 5/34 (14,7%) d’autres causes. La transplantation a eu lieu 45 mois (5-153) après la mise en dialyse et 25 mois (3-141) après inscription sur liste d’attente.
1 patient sur 36 a présenté une dysfonction précoce, 5/36 une dysfonction tardive et 5/36 un rejet précoce. La perte du greffon survient chez 7 patients à 82 mois (1,5-167) en moyenne. La survie du greffon est de 97,2% et 92,8% à 1 et 5 ans. La survie globale était de 100%, 90,3% et 82,5% à 1, 3 et 5 ans. 3 patients vont présenter une rechute de CRS dont une sera responsable de remise en dialyse.
L’atteinte pulmonaire est un facteur de risque indépendant de mortalité (HR=10.5, 95% CI (1.1-96.7); p=0.03). 5/11 ScS aggravent leur atteinte cardiaque et 5/18 aggravent leur attente digestive.
Conclusion : Comparativement aux données de la littérature, la survie des patients transplantés semble supérieure aux patients avec CRS non transplantés. La transplantation doit être envisagée comme une option thérapeutique dans une population sélectionnée de patients sans atteinte pulmonaire sévère.

Mots clés : Crise rénale sclérodermique, transplantation rénale
Lien associé pubmed : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28120425


Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés