safety and efficacy profile of prucalopride in the treatment of systemic sclerosis (SSc)-related intestinal involvement: results from the open label cross-over PROGASS study

Titre article original : safety and efficacy profile of prucalopride in the treatment of systemic sclerosis (SSc)-related intestinal involvement: results from the open label cross-over PROGASS study

Nom auteurs : Vigone B, Caronni M, Severino A, Bellocchi C, Baldassarri AR, Fraquelli M, et al

  • rédacteur de la veille bibliographique:  Dr Sébastien SANGES (Lille)
  • Lien associé pubmed
  • Références :Arthritis Res Ther. 2017 Jun 20;19(1):145.

 

Résumé : L’atteinte digestive est très fréquente au cours de la sclérodermie systémique (SSc). L’hypomobilité du tube digestif induite par le processus fibrosant est en effet responsable de symptômes invalidants, comme le reflux gastro-oesophagien (RGO), les ballonnements et les troubles du transit. La prise en charge thérapeutique repose essentiellement sur l’utilisation des prokinétiques conventionnels, dont l’effet est généralement limité. Seul le cisapride, molécule de la famille des agonistes des récepteurs sérotoninergiques 5-HT4, a semblé faire la preuve de son efficacité mais a été retiré du marché du fait d’effets secondaires cardiaques liés à son manque de spécificité vis-à-vis de sa cible.

 

Patients :Dans cette étude préliminaire, les auteurs se proposent d’évaluer chez les patients atteints de SSc la tolérance et l’efficacité du prucalopride, nouvel agoniste des récepteurs 5-HT4 dont l’innocuité a été suggérée dans la constipation chronique idiopathique.
Ainsi, 40 patients validant les critères ACR/EULAR 2013 de la SSc, les critères Rome III de la constipation fonctionnelle et alléguant une constipation légère à sévère selon une échelle subjective (type Likert) étaient inclus. Du fait du design en cross-over, ils recevaient soit le prucalopride à la dose de 2mg/j, soit pas de traitement pendant 1 mois ; puis vice-versa après une période de wash-out d’une semaine.
Sur ces 40 patients, 7 patients ont interrompu l’étude du fait d’effets secondaires (céphalées pour 3, douleurs abdominales pour 2, sensations vertigineuses pour 1 et malaise pour 1) ; 4 patients étaient exclus pour non-respect du protocole de l’étude ; les données étaient analysées sur 29 patients

Résultats :En comparaison à l’absence de traitement, la prise de prucalopride était associée à une augmentation significative du nombre d’exonérations complètes (voir Figure), une amélioration significative du score UCLA GIT 2.0 (et notamment des items ‘RGO’, ‘constipation’ et ‘ballonnement’), une diminution de la sévérité du RGO et de la constipation appréciée par échelle subjective (type Likert) (voir Tableau) et une accélération significative du temps de transit oro-caecal (évalué par breath-test au lactulose)
L’atteinte pulmonaire est un facteur de risque indépendant de mortalité (HR=10.5, 95% CI (1.1-96.7); p=0.03). 5/11 ScS aggravent leur atteinte cardiaque et 5/18 aggravent leur attente digestive.

Conclusion : Sous réserve des limites inhérentes au design de l’étude, ces données préliminaires suggèrent que le prucalopride semble efficace et bien toléré au cours de la SSc, d’après les auteurs.

Mots clés : prucalopride, atteinte digestive, RGO
Lien associé pubmed : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28633671


Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés