Facteurs prédictifs de morbidité et mortalité de la sclérodermie systémique de diagnostic précoce

Titre:  Predictors of morbidity and mortality in early systemic sclerosis: Long-term follow-up data from a single-centre inception cohort.

Facteurs prédictifs de morbidité et mortalité de la sclérodermie systémique  (SSc) de  diagnostic précoce: données de suivi à long terme d’une cohorte constitutive d’un centre.

  1. Panopoulos, VK Bournia, G Konstantonis, K Fragiadaki, PP Sfikakis, MG Tektonidou.

Revue: Autoimmunity Reviews, 2018 in press.

Auteur de la veille bibliographique:  Dr Elisabeth Diot

Résumé:

– Objectifs: déterminer les facteurs prédictifs de morbidité et mortalité sur un suivi à long terme d’une cohorte de SSc nouvellement constituée.

 Méthode-Patients: Evaluation des manifestations cliniques, biologiques et fonction respiratoire au diagnostic de la SSc comme facteurs prédictifs de morbi-mortalité à 3, 6 et 9 ans chez des patients recrutés dans les 12 premiers mois de leur maladie

– Résultats: 115 patients (97 femmes, âge moyen 48 ans, 54 formes diffuses) ont été inclus. Une analyse en régression multivariée a permis de retrouver comme facteurs prédictifs au diagnostic, d’une atteinte pulmonaire fibrosante à 6 ans : une forme diffuse (OR : 4,4, p= 0,033), la présence d’ulcères digitaux  (OR : 7,9, p= 0,014) et une atteinte oesophagienne (OR : 4,79, p= 0,038). Une arythmie initiale est prédictive d’une hypertension pulmonaire, ( OR : 6,05, p= 0,022)  tandis que l’âge au diagnostic (OR : 1,12, p= 0,002) et la présence d’anti-scl70  (OR : 4,3, p= 0,038) sont prédictifs d’une arythmie à 6 ans. Au cours du suivi de 101,8 mois, 23/115 patients sont décédés. L’analyse en modèle de Cox a permis de mettre en évidence 6 facteurs indépendants prédictifs de mortalité présents au diagnostic: l’âge (45-59 ans (HR : 3,0, p= 0,098), >60 ans ( HR : 4,3, p= 0,073), le sexe masculin ( HR : 3,63, p=0,025), la forme diffuse (HR : 2,83, p= 0,095), une fibrose pulmonaire ( HR : 3,7, p= 0,032), une hypertension artérielle pulmonaire ( HR : 7,49, p= 0,008) et une DLCO basse ( HR : 3,17, p= 0,035). La mortalité à 3 et 6 ans était de 14% et 24 % pour les patients ayant 3 facteurs indépendants et de 46% et 53% pour ceux en ayant respectivement 4 à 6. 

– Conclusion: Cette étude souligne la présence de phénotypes au diagnostic de la SSc prédictifs de morbi-mortalité au cours de la SSc, permettant ainsi une aide à la décision thérapeutique

 

 Commentaires personnels : points forts : recrutement et évaluation monocentrique des patients au diagnostic précoce de la SSc. Points faibles : petite cohorte, pas de prise en compte des traitements dans l’analyse des données. Se positionne plutôt comme une étude pilote

 

Pubmed: http://doi.org/10.1016/j.autrev.2018.02.008

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés