Greffe autologue du tissu adipeux dans le traitement du visage de la Sclérodermie

Titre: Autologous Fat Grafting in the Treatment of Facial Scleroderma

Auteurs:Gheisari M, Ahmadzadeh A, Nobari N, Iranmanesh B, Mozafari N.

Revue: Dermatol Res Pract 2018 Aug 1;2018:6568016. doi: 10.1155/2018/6568016
PMID:

Lien :https://preview.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30154838

Auteur de la veille bibliographique: Pr Laurence Michel (INSERM)

Background : Les patients souffrant d’une Sclérodermie systémique (ScS) ont souvent une atteinte esthétique et fonctionnelle du visage. La sclérose cutanée provoque une microstomie, des plis radiaires péribuccaux et une moindre mimique faciale. Ceci retentit dans les fonctions de la vie quotidienne comme manger, l’hygiène dentaire, la parole et les soins dentaires. Le retentissement esthétique et social est important. La greffe du tissu adipeux a un effet volumateur mais aussi réparateur, du fait de la présence de cellules stromales, appelées adipose-derived stem cells (ASCs). Cet article évalue son intérêt dans le traitement de la face des patients atteints de ScS avec handicap du visage.

Méthodes : : Il s’agit d’une étude ouverte monocentrique portant sur 16 patientes souffrant de ScS (10 formes cutanées diffuses), d’âge moyen de 39,18 ± 8,32 ans et de durée moyenne de la maladie de 6,5 ± 1,8 ans. Le prélèvement du tissu adipeux autologue et la réinjection s’effectuaient selon la technique de Coleman, sauf qu’à la place de la centrifugation, les auteurs séparaient le tissu adipeux de l’huile et des débris-sang par simple sédimentation. La quantité de graisse injectée variait de 15 à 40 ml, selon la morphologie du visage du patient.
Les patients étaient évalués initialement puis à 3 mois. De nombreux paramètres étaient appréciés : ouverture buccale maximale, auto-questionnaire du handicap de la face du patient ScS (Mouth Handicap in Systemic Sclerosis, MHISS), score de Rodnan du visage, effet esthétique (photos) et satisfaction globale du patient.

Résultats: La tolérance était très bonne, avec seulement une ecchymose au point de prélèvement du tissu adipeux, spontanément régressive en 10 jours chez 10 patients. A 3 mois, il était observé : 1) une augmentation moyenne de l’ouverture buccale de +0,78 cm (0,5 to 1,5 cm, p=<0,001), 2) une baisse du score MHISS passant de 29,37 initialement à 23,25 (variation moyenne de -6,12 ± 2,3, p=<0,001), 3), une baisse du score de Rodnan du visage (variation moyenne de -0,5 ± 0,52, p = 0,001), 4 ) une amélioration de l’aspect esthétique chez 13/16 patientes, 5) 10 déclaraient être très satisfaites et 3 non satisfaites.

Discussion : Ce travail confirme, comme les articles précédents sur le sujet, la faisabilité de la greffe autologue de tissu adipeux chez les patients ayant une ScS, à partir du moment où ils sont bien sélectionnés (quantité suffisante de graisse à prélever, handicap du visage nécessitant une thérapie, absence d’autres causes en dehors de la ScS à l’atteinte du visage, éviter les patients sous forte dose d’immunosuppresseur). Les auteurs montrent une amélioration fonctionnelle (ouverture buccale), trophique (sclérose cutanée) et esthétique (amélioration des plis péribuccaux). Trois patientes étaient cependant insatisfaites car l’amélioration esthétique avait disparu à 3 mois par résorption du tissu adipeux.

Conclusion: La greffe autologue de tissu adipeux chez les patients ayant une ScS est une technique alternative bénéfique sous réserve qu’elle soit réalisée chez les patients bien sélectionnés et par des chirurgiens expérimentés. Il faudrait cependant pouvoir améliorer la survie du greffon à long terme (par l’ajout du Plasma Riche en Plaquettes ou des cellules de la fraction vasculaire stromale ?) et arriver à réaliser des essais cliniques randomisés et comparatifs des différents produits de réinjection.

Lien associé pubmed: https://preview.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30154838

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés