La peau dans la sclérodermie systémique

Elle est épaisse, dure, impossible à plisser, elle ne glisse plus sur les plans sous-cutanés. Elle est sèche et prurigineuse (elle gratte). Il faut en prendre grand soin, ne pas utiliser des savons détergents ou des produits agressifs (cosmétiques ou produits d’entretien ménager). Il faut l’hydrater avec des crèmes de bonne qualité à la lanoline. Les antihistaminiques aident à lutter contre les démangeaisons.

Les atteintes les plus évocatrices sont aux mains et au visage, mais tout le corps peut être atteint.

Que se passe-t-il ?

La peau est constituée de trois couches : l ‘épiderme que l’on voit, le derme et l’hypoderme. Dans le derme, aussi appelé tissu conjonctif, on trouve des cellules, des fibres et des petits vaisseaux. C’est là que se passent les problèmes : Des cellules appelées fibroblastes, qui fabriquent les fibres collagènes dont le rôle est de ” tenir ” la peau, ne sont plus régulées et fabriquent trop de collagène.
C’est l’accumulation de ces fibres collagènes en excès qui cause l’épaississement et l’enraidissement de la peau, ce qu’on appelle la fibrose.

On mesure la fibrose cutanée grâce au score de Rodnan, évalué en 26 points du corps : 0 pour une peau de texture et d’épaisseur normale 1 pour une peau épaissie restant plissable 2 pour une peau épaissie non plissable 3 pour une peau épaissie et figée sur les plans profonds

En plus, le derme contient des petits vaisseaux appelés capillaires où circule le sang.La membrane intérieurede ces capillaires, appelée endothélium, s’épaissit au point de les obstruer et le sang ne peut plus y circuler. On voit ça lors d’un examen très simple : la capillaroscopie.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés