Intérêt de l’échographie pulmonaire dans le dépistage de la pneumopathie interstitielle diffuse associée à la sclérodermie systémique

Fairchild R, Chung M, Yang D, Sharpless L, Li S, Chung L.

Development and Assessment of a Novel Lung Ultrasound Interpretation Criteria for the Detection of Interstitial Lung Disease in Systemic Sclerosis. Arthritis Care Res [Internet]. 31 mai 2020 [cité 15 juin 2020]; (PubMed)

fai2r logo


Rédacteur : Dr Sébastien SANGES (Lille)


La pneumopathie interstitielle diffuse (PID) est une complication fréquente et potentiellement grave de la sclérodermie systémique (SSc). Son dépistage passe par la réalisation du scanner thoracique, examen irradiant, et d’épreuves fonctionnelles respiratoires, qui manquent de sensibilité pour les formes débutantes.
Dans cette étude prospective américaine, les auteurs ont étudié l’intérêt du dépistage de la PIDSSc par échographie pulmonaire, en le comparant à la méthode gold-standard du scanner thoracique.
Au total, 20 patients SSc (9 formes diffuses, 11 formes limitées) étaient inclus. Tous ont bénéficié d’un scanner thoracique et d’une échographie pulmonaire selon un protocole standardisé (acquisition de boucles de 4 secondes sur 14 positions prédéfinies par 2 évaluateurs en aveugle ; interprétation selon des critères standardisés).


Le scanner thoracique mettait en évidence une PID chez 9 patients (45%, 8 PINS et 1 PIC).
L’échographie pulmonaire retrouvait des signes de PID chez 11 patients (55%), soit une sensibilité de 100% et une spécificité de 82% par rapport au scanner. La concordance entre les 2 échographistes était complète (100%) pour le diagnostic de PID et excellente (94%) pour l’interprétation des 278 images acquises.
Les auteurs suggèrent ainsi que leur protocole standardisé d’échographie pulmonaire constitue une méthode très sensible et spécifique de dépistage de la PID-SSc, avec une bonne homogénéité entre les examinateurs.

Essai de phase 2 évaluant l’efficacité et la sécurité d’utilisation du lenabasum pour le traitement de la sclérodermie systémique avec atteinte cutanée diffuse

Spiera R, Hummers L, Chung L, Frech TM, Domsic R, Hsu V, et al. Safety and efficacy of lenabasum in a phase 2 randomized, placebo‐controlled trial in adults with systemic sclerosis. Arthritis Rheumatol [Internet]. 26 avr 2020 [cité 25 mai 2020]; (PubMed)

fai2r logo

Résumé par le Docteur Alain LESCOAT (CHU Rennes)

Introduction : Cette étude est un essai de phase 2 en double aveugle, randomisé contre placebo visant à évaluer l’efficacité et la sécurité d’utilisation du lenabasum au cours de la sclérodermie systémique (ScS) avec atteinte cutanée diffuse. Le rationnel est que le lenabasum est un agoniste du récepteur de type 2 aux cannabinoïdes, une voie participant à la résolution de l’inflammation médiée par la réponse immune innée et qui pourrait donc participer à améliorer l’évolution clinique au cours de la sclérodermie systémique.

Matériel et méthodes : Le critère d’étude utilisé pour évaluer l’efficacité du lenabasum oral dans cette étude est le CRISS, un critère composite permettant de déterminer la probabilité d’amélioration des patients, en se basant notamment sur l’évaluation combinée de la survenue d’une complication majeure imputée à la ScS (crise rénale, HTAP notamment) puis de l’évolution de l’atteinte pulmonaire via la CVF, de l’atteinte cutanée via le score de Rodnan (mRSS), de l’évaluation globale de l’état de santé jugée par le patient et le médecin par une échelle visuelle analogique, et de l’impact sur la qualité de vie via l’HAQ sur la période d’étude fixée initialement à 12 semaines et allant ici jusqu’à 16 semaines. Seuls les patients avec une forme cutanée diffuse étaient inclus, tous avaient une durée d’évolution de la maladie de moins de 6 ans, avec des marqueurs inflammatoires augmentés (CRP, IL-6), un score de Rodnan élevé et/ou évolutif. Les immunosuppresseurs à dose stable depuis plus de 3 mois (à l’exception du cyclophosphamide et du rituximab) étaient autorisés. Les patients très sévères, tels que les patients inscrits sur listes de greffes d’organe ou sous oxygénothérapie ne pouvaient être inclus. Des biopsies cutanées étaient également réalisées à visée d’études translationnelles.

Résultats : Les patients étaient randomisés et répartis en deux groupes (lenabasum vs placebo) avec un ratio de 2:1. Sur les 61 patients éligibles, 28 patients ont été inclus dans le groupe lenabasum dont 27 ayant finalement reçu le traitement et 15 dans le groupe placebo. La probabilité d’amélioration selon le CRISS était de 0,00 (Ecart inter quartiles : 0,00-0,16) dans le groupe placebo et de 0,33 (0,01-0,82) dans le
groupe lenabasum (p en analyse unilatérale = 0,04 ; bilatérale 0,07) à 16 semaines. Il existait une tendance à l’amélioration du mRSS à la 16ème semaine (différence entre les deux groupes 2,6 (+/-1,9) à la faveur du lenabasum (p en analyse unilatérale = 0,09 ; bilatérale 0,17). Les données histologiques cutanées sont en faveur d’une diminution des stigmates inflammatoires et de la fibrose dans le groupe lenabasum par rapport au placebo. Il n’y a pas eu d’évènement indésirable majeur imputable au traitement. Un patient a arrêté le lenabasum du fait de vertiges.

Conclusion : Cet essai de phase 2 apporte certains arguments en faveur d’un possible intérêt du lenabasum dans la forme cutanée diffuse précoce au cours de la sclérodermie systémique, à 16 semaines. Les données à 12 semaines lui sont moins favorables. Une étude de phase 3 est nécessaire pour confirmer ces premiers résultats, une attention particulière sur la durée de cette étude de phase 3 sera nécessaire pour juger de la pertinence clinique des résultats.

Characteristics of patients with systemic sclerosis suffering from a lower limb amputation: Results of a French collaborative study

Nom auteurs: Bertolino J, Jouve E, Skopinski S, Agard C, Achille A, Thoreau B, et al. for the French Research Group on Systemic Sclerosis (GFRS)

Références: Journal of Scleroderma and Related Disorders JSRD 2020 https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2397198320913689

Background : La sclérodermie systémique (ScS) est une maladie auto-immune dont les atteintes se manifestent entre autre par une fibrose cutanée et viscérale mais également par une angiopathie concernant principalement les vaisseaux de petits calibres et capillaires. Une macro-angiopathie reste toutefois possible et est non négligeable chez les patients souffrant de ScS : la prévalence des coronaropathies, AVC ou artériopathies périphériques est augmentée par rapport à la population générale. L’artériopathie des membres inférieurs représente une morbidité importante avec souvent un geste de revascularisation nécessaire voire une amputation. Cette étude se propose d’évaluer les caractéristiques des patients atteints de ScS ayant subi une amputation d’un membre inférieur afin d’identifier de potentiels facteurs de risque.

Méthodes : Il s’agit d’une étude française cas-témoin, rétrospective et multicentrique. Les critères d’inclusion étaient les patients majeurs atteints d’une ScS selon les critères diagnostiques de l’ACR/EULAR 2013, et dont l’ischémie critique d’un membre inférieur a conduit à une amputation. Les témoins étaient des patients atteints de ScS ne présentant pas d’atteinte vasculaire symptomatique des membres inférieurs et ont été appariés (1/1) selon le sexe, l’âge et le caractère limité ou diffus de la ScS. Le risque alpha défini était de 5%. Une analyse multivariée a été effectuée sur les facteurs suivants : présence ou non d’ulcères digitaux, d’une HTAP, prise de corticoïdes, tabagisme.

Résultats: 26 cas ont été inclus, dont 77% de femmes (20/26). La moyenne d’âge était comparable dans les deux groupes (67±11 ans chez les cas et les témoins). La forme cutanée limitée était prédominante dans les deux groupes (80 et 84%). Les patients ayant nécessité une amputation du membre inférieur avaient en moyenne une évolution de la maladie plus longue (15,8 ans +/- 9,4 vs 7,4 ans +/- 5,9 dans le groupe témoin), une atteinte plus sévère selon le score de Medsger (p=0.02), des ulcères digitaux plus fréquents (9/26 34.6% vs 3/26 11,5%, p=0.048) ou un antécédent d’ulcère digital (69.2% vs 38,5%, p=0.026), une prévalence plus élevée d’HTAP (p=0.024), un DLCO plus bas (p= 0.013). Ils présentaient plus de facteurs de risque cardiovasculaires : tabagisme actif ou sevré depuis moins de 3 ans (p=0.008), plus d’antécédents cardiovasculaires (p<0.001). Ces patients avaient un profil pro-inflammatoire
plus important avec une CRP moyenne à 52,3 mg/L +/- 66,2 (vs 2,8 mg/L +/- 2,5, p= 0.02), et étaient plus souvent sous corticothérapie orale (42,3% vs 12%, p=0.015) avec une dose moyenne de 12 mg/j. Il n’y avait pas de différence significative concernant la présence d’anticorps anti-phospholipide dans les deux groupes, ni dans la positivité pour les anticorps anti-centromère ou anti-Scl70. L’analyse multivariée montrait que l’HTAP, le tabagisme et la corticothérapie orale étaient des facteurs de risque d’amputation de membre inférieur chez les patients atteints de ScS avec une macro-angiopathie. 96% (24/25) des patients présentaient un ulcère artériel au préalable, avec un délai médian entre l’apparition de l’ulcère et l’amputation d’environ 6 mois. Celle-ci était le plus souvent unilatérale. La majorité des patients était sous antiagrégant plaquettaire et/ou sous iloprost. Le taux de récidive sur le même membre était élevé (10/26 38,5%), généralement dans le mois suivant le geste. 19,2% des patients subissaient une amputation du membre controlatéral dans l’année.

Conclusion: Les atteintes vasculaires de la ScS ne se limitent pas à une microangiopathie. Les patients souffrant d’une macroangiopathie sévère conduisant à une amputation semble avoir le plus souvent une forme cutanée limitée, sévère, évoluant depuis plusieurs années. La présence d’une HTAP, d’un tabagisme actif ou sevré depuis moins de 3 ans et une corticothérapie orale au long cours semblent être des facteurs de risque. Ces résultats méritent d’être confirmés sur une étude analytique avec un plus grand effectif. La présence d’un ulcère artériel chez ces patients doit être considérée comme un signal d’alarme et nécessite un suivi plus rapproché, notamment par échographie-Doppler artérielle.

L’intérêt de biomarqueurs plasmatiques vasculaires dans la sclérodermie systémique : une analyse longitudinale prospective

Mecoli CA, Shah AA, Boin F, Wigley FM, Hummers LK. The Utility of Plasma Vascular Biomarkers in Systemic Sclerosis: A Prospective Longitudinal Analysis. Arthritis Rheumatol [Internet]. 21 mars 2020 cité 23 avr 2020

fai2r logo


Résumé par le Docteur Nihal MARTIS (CHU Nice)

Introduction : Les lésions ischémiques digitales (LD/DL) et l’hypertension pulmonaire (HTP/PH) sont des manifestations significativement associées à la morbidité et à la mortalité dans la sclérodermie systémique (SSc). Toutefois, leur expression clinique signe souvent un processus évolué et fixé. L’identification de marqueurs prédictifs de LD et d’HTP permettrait des interventions précoces. Cette étude s’intéresse à la progression des biomarqueurs vasculaires plasmatiques dans une cohorte de patients avec SSc.

Évolution initiale de l’épaississement cutané et sévérité de la sclérodermie systémique

Ledoult E, Launay D, Béhal H, Mouthon L, Pugnet G, Lega JC, Agard C, Allanore Y, Jego P, Fauchais AL, Harlé JR, Berthier S, Aouba A, Mekinian A, Diot E, Truchetet ME, Boulon C, Duhamel A, Hachulla E, Sobanski V; French National Scleroderma Cohort Network. Early trajectories of skin thickening are associated with severity and mortality in systemic sclerosis. Arthritis Res Ther. 2020 Feb 18;22(1):30 (PubMed)

Résumé par le Docteur Alain LESCOAT (CHU Rennes)

Introduction : La sclérodermie systémique est une maladie hétérogène. Le score de Rodnan modifié est très utilisé pour évaluer la sévérité et l’extension de l’épaississement cutané. Ce travail longitudinal issu de la cohorte française des patients atteints de sclérodermie systémique visait à identifier des sous-groupes homogènes de patients en terme d’évolution précoce du score de Rodnan et à caractériser le phénotype clinique et le pronostic de ces différents sous-groupes.

Matériel et méthodes : La méthode utilisée est celle des modèles mixtes à classes latentes qui permet d’analyser les changements au cours du temps d’un marqueur longitudinal dans une population hétérogène et de définir des groupes d’évolution homogène au sein de cette population. Le score de Rodnan modifié était ici utilisé comme marqueur longitudinal d’intérêt. Les patients sclérodermiques issus de la cohorte nationale française et répondant aux critères ACR80 ou ACR/EULAR 2013 de la maladie ont été inclus, si au moins 2 scores de Rodnan étaient disponibles sur leurs quatre premières années de suivi et, si leur maladie évoluait depuis moins de deux ans, à compter du premier signe hors phénomène de Raynaud à l’inclusion.

Résultats : 198 patients ont été inclus, représentant un total de 641 scores de Rodnan disponibles. Le modèle final retenu mettait en évidence 5 grandes classes globalement homogènes de patients en fonction de leurs trajectoires de Rodnan. La première classe était constituée de patients avec un score de Rodnan bas, qui n’évoluait pas au cours du temps. Les quatre autres classes présentaient des degrés de sévérité du Rodnan différents associés à des trajectoires d’évolution propres à chaque classe. Les atteintes viscérales initiales étaient plus fréquentes dans les classes avec un changement significatif du Rodnan au cours du temps (classes 2 à 5). Le risque de décès variait de manière croissante de la classe 1 à la classe 5. Ces différentes classes confirment l’hétérogénéité d’évolution précoce de l’atteinte cutanée au sein des patients sclérodermiques, et renforce l’hypothèse que la vision dichotomique de la maladie
considérant la « forme cutanée diffuse » d’un côté et la « forme cutanée limitée » de l’autre, ne permet pas de refléter suffisamment finement cette hétérogénéité d’évolution.

Conclusion : Grâce à une méthode sans a priori, ce travail met en évidence 5 différents sous-groupes de patients sclérodermiques définis par l’évolution initial de leur score de Rodnan. Ces 5 sous-groupes sont caractérisés par des atteintes viscérales et un pronostic distincts.

Autogreffe de cellules souches hématopoïétiques en traitement de la sclérodermie systémique évolutive : une étude prospective et non-interventionnelle de l’European Society for Blood and Marrow Transplantation Autoimmune Disease Working Party


Henes J, Oliveira MC, Labopin M, Badoglio M, Scherer HU, Del Papa N, et al. Autologous stem cell transplantation for progressive systemic sclerosis: a prospective non-interventional study from the European Society for Blood and Marrow Transplantation Autoimmune Disease Working Party. Haematologica. 16 janv 2020;haematol.2019.230128. (PubMed)

Résumé par le Docteur Nihal MARTIS (CHU Nice)

Introduction : Trois études randomisées contrôlées (i.e. ASSIST, ASTIS, SCOT) s’intéressant aux formes sévères et précocement graves de la sclérodermie systémique (ScS) avaient démontré que l’autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (aHSCT) était supérieure au traitement standard par cyclophosphamide (CYC) en termes de survie ainsi que de survie sans évènement. Par cette étude, l’European Society for Blood and Marrow Transplantation souhaitait décrire l’efficacité et la sécurité de la procédure dans des conditions de vie réelle, et de rechercher des facteurs pronostiques.

Lire la suite…

Proposition d’une nouvelle classification de la sclérodermie systémique basée sur les auto-anticorps et la forme cutanée

Résumé rédigé par le Dr Sébastien SANGES (Lille), et proposé par la filière FAI2R

Auteurs: Nihtyanova SI, Sari A, Harvey JC, Leslie A, Derrett‐Smith EC, Fonseca C, et al. Using autoantibodies and cutaneous subset to develop outcome‐based disease classification in systemic sclerosis. Arthritis Rheumatol [Internet]. 4 nov 2019 [cité 7 nov 2019]; (PubMed)

Introduction : La sclérodermie systémique (SSc) est une maladie hétérogène dont le profil évolutif est très différent d’un patient à l’autre. La classification la plus utilisée, celle de Leroy et Medsger, répartit les malades selon le type d’atteinte cutanée. Néanmoins, d’autres bio-marqueurs, comme les autoanticorps, ont démontré leur intérêt pour prédire la survenue d’atteintes d’organe.

Lire la suite…

Nintedanib et pneumopathies interstitielles diffuses avec fibrose progressive

Résumé par le Docteur Alain LESCOAT (CHU Rennes)

Auteurs: Flaherty KR, Wells AU, Cottin V, Devaraj A, Walsh SLF, Inoue Y, et al. Nintedanib in Progressive Fibrosing Interstitial Lung Diseases. N Engl J Med. 31 oct 2019;381(18):1718‑27. (PubMed)

Introduction : Le nintedanib, un inhibiteur de tyrosine kinase, a fait preuve de son efficacité dans la réduction du déclin annuel de la CVF au cours de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) et de la PINS associée à la sclérodermie systémique (ScS). L’objectif de cet essai multicentrique international de phase 3 était d’évaluer l’effet de cette molécule, sur les pneumopathies interstitielles diffuse (PID) non FPI avec fibrose progressive, incluant notamment les PID associées aux connectivites telles que la ScS, la polyarthrite rhumatoïde ou la connectivite mixte.

Lire la suite…

Sclérodermie systémique avec hypertension artérielle pulmonaire : Amélioration de la survie des patients âgés de 70 ans et moins sur la période 2006-2017 en France

Introduction : Le dépistage précoce organisé de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) chez les patients sclérodermiques, associé à l’introduction initiale ou séquentielle de combinaisons thérapeutiques chez ces mêmes patients pourraient avoir significativement amélioré leur survie. Cette étude observationnelle vise donc à décrire la survie et l’évolution des stratégies thérapeutiques en vie réelle utilisées en France sur la période 2006-2017.

Lire la suite…